Catalogue produit

Articles en promotions

Nos conseils sur : Motoculteurs

L'entretien de la terre est une tache très complexe qui va dépendre de la nature du sol,de la périodicité des taches et du type de travail souhaité.Pour éclaircir cette complexité,nous allons séparer plusieurs taches.
- Le sarclage est un entretien de surface qui consiste principalement à enlever les mauvaises herbes (notament dans les massifs de fleurs). Cette tache se trouve facilitée par toute une gamme de sarcleuses nommées communément 'petites motobineuses ou bineuses' et dont les caractéristiques principales sont légèreté et facilité de transport.Pour ce type de travail,l'on trouve aussi des outils transformables dits multi-fonctions qui permettent de réaliser d'autres travaux.
- Le binage est un travail régulier d'entretien de la terre qui correspond avant tout à celui d'un potager.La puissance de la motobineuse va être choisie en fonction de la 'lourdeur' de la terre mais le travail va se faire à vitesse relativement identique,qui est une vitesse relativement rapide.Les motobineuses sont donc avant tout 'monovitesse',même si certaines possèdent une marche arrière pour se dégager des impasses.Ces motobineuses ne permettent de réaliser aucun autre travail,si ce n'est entrainer un 'butteur',servant à ouvrir une raie de plantation dans une terre déja travaillée.
- Le fraisage correspond à un travail similaire mais aboutit plus au résultat obtenu par une fraise arrière (parfois montée sur un vrai motoculteur ou sur un tracteur) : c'est à dire une terre plus fine puisque le travail est réalisé par des outils tournant à des vitesses plus importantes.
- Le labour (tel le bêchage traditionnel à la main ou la vieille charrue tirée par le boeuf) peut être réalisé de différentes manières.En effet ,certains outils rotatifs sont dits 'de labour',car grace à leur inclinaison spécifique,ils permettent le travail de la terre en profondeur à vitesse réduite .Précisément, ce sont les vitesses lentes qui vont différencier une vulgaire motobineuse d'un réel motoculteur (ou motobeche).Le vrai labour,s'effectue d'ailleurs grâce à une charrue qui va être tirée par ce motoculteur équipé de roues.Les capacités de traction de cette charrue (et donc les performances du motoculteur) vont se retrouver dans les démultiplications de vitesses : au plus les vitesses sont lentes,au plus le motoculteur équipé de roues promet une capacité de traction élevée .Le poids du motoculteur devient aussi un avantage pour l'adhérence des roues,c'est pourquoi ils sont souvent équipés de poids dans les roues et de contrepoids à l'avant.La puissance du moteur va alors devenir une nécessité de traction de l'ensemble comme un facteur de maniabilité.Notons au passage que pour faciliter au mieux cette maniabilité,il est très important que les motoculteurs à roues soient équipés d'un dispositif de décrabotage,système qui permet de tourner sans efforts en appuyant simplement sur une commande.Ces motoculteurs à roues (sans s'attarder sur les motoculteurs à prise de force arrière) permettent de réaliser d'autres travaux,mais outre le fait de tirer une remorque ou de brancher une fraise arrière,les autres travaux sont mieux envisageables avec des dispositifs autonomes ...